Les 5 raisons d’améliorer la qualité de l’air dans votre espace de travail selon Groupe Global

Et si on prenait le temps de respirer ? La respiration est si évidente qu’on ne pense pas toujours à la qualité de l’air qui nous entoure, d’autant plus que les espaces de travail clos sont un deuxième lieu de vie pour beaucoup de collaborateurs.


En développant une bonne ambiance thermique et un micro-climat particulièrement agréable, vous améliorez sans aucun doute le niveau de confort des équipes. Pour l’épanouissement de chacun, Groupe Global vous donne ses 5 bonnes raisons d’améliorer la qualité de l’air dans votre espace de travail toute la journée.



1. Sans une bonne qualité de l’air, personne n’est productif, même les pilotes d’avion.


Lors d’un simulateur de vol en 2018, des pilotes d’avion ont participé à une étude. Le résultat ? Les indicateurs de performances démontrent alors que les variations de CO2 ont un impact évident sur l’efficacité générale des pilotes, mais aussi sur l’efficacité de leurs manœuvres. L’étude met en valeur l’effet direct du CO2 sur les performances.





2. Nous passons 80 % de notre temps à l’intérieur, rien que ça...


De manière générale, nous passons plus de temps à l’intérieur qu’à l’extérieur, à moins que vous aimiez dormir à la belle étoile ! Ce n’est donc pas moins de 20 h par jour en moyenne que nous passons dans un environnement intérieur avec une grande part de notre temps au travail, à respirer au sein même de bureaux ou d’autres environnements professionnels.


Le saviez-vous ?
Nous respirons environ 22 litres d’air par jour. Une mauvaise qualité de l’air a donc une conséquence sur la santé et la sécurité des équipes.

3. Respirer un air sain, c’est vital.


Ça vous paraît évident ? Alors que respirer est la plupart du temps un réflexe inconscient, il s’agit d’un besoin vital. Pourtant, nous ne pensons pas toujours à améliorer la qualité de l’air intérieur. Pour éviter des problèmes respiratoires, il va de soi que l’air ambiant est une priorité absolue.


4. L’air intérieur est bien souvent plus pollué qu’à l’extérieur.


Il s’agit là d’une problématique sous-estimée, mais l’air intérieur est 10 à 20 fois plus pollué qu’à l’extérieur. Le taux de COV en extérieur est d’environ 50 microgrammes/m3 alors qu’en intérieur, le taux grimpe entre 500 et 1000 microgrammes/m3 selon le lieu.





Le saviez-vous ?
COV : composés organiques volatils. Ces particules en suspension se répandent très facilement dans l’atmosphère des bureaux par exemple. Bien souvent, on ne perçoit pas l’air intérieur comme une problématique à part entière puisque les particules nocives sont invisibles. Il faut quand même garder en tête que la pollution de l’air intérieur est parfois plus dangereuse que celle de l’extérieur.


5. Il existe des normes pour réglementer la qualité de l’air au travail.


Afin de surveiller la qualité de l’air et mesurer la pollution dans l’air ambiant, de nombreuses normes et certifications ont été mises en place ces dernières années, aussi bien à l’échelle européenne qu’internationale. En France, le Code du Travail a déterminé des seuils de débits d’air neuf en fonction du nombre de collaborateurs et de l’environnement de travail :


  • 25 min 3 s/heure/personne pour les bureaux classiques.

  • 30 min 3 s/heure/personne pour les salles de réunions


Alors, prêt à donner un nouveau souffle à votre espace de travail ?


35 vues