4 conseils pour optimiser l'acoustique au bureau

On le sait tous, la voix qui porte de notre voisin de bureau ou le bruit incessant du photocopieur a un impact certain sur notre bien-être. En plus de gêner les échanges entre collègues, le bruit joue sur le stress et la fatigue.


Il s’agit donc d’une question d’équilibre entre le silence religieux et le concert de rock. Le mouvement et la vitalité ont leur place au bureau à condition de les mesurer correctement. Quoi qu’il en soit, l’acoustique au bureau révèle un enjeu de taille à ne pas prendre à la légère. Découvrez sans plus attendre nos conseils pour offrir un espace de travail que vos équipes aimeront utiliser.


Quelles sont les nuisances sonores qui gênent vos collaborateurs ?


Plusieurs sources de bruit peuvent gêner vos collaborateurs lors de leur temps de travail. Les nuisances sonores extérieures comme le trafic ou une rue animée doivent être solutionnées avec une isolation efficace de votre bâtiment. Les vitres insonorisées par exemple seront vos meilleures alliées contre le bruit extérieur.

En revanche, ce sont les nuisances intérieures qui gênent le plus vos équipes. La machine à café, les conversations avec les clients, la voix des collègues, les imprimantes et tous les autres bruits de fond définissent l’humeur de votre équipe. D’autant plus que l’être humain est fait pour écouter ce qui l’entoure. Impossible de faire une totale abstraction de son environnement…





Conseil n°1 - anticiper correctement son agencement


Avant d’aménager votre bureau, vous devrez prendre en compte la notion d’acoustique dans la conception. La gestion des espaces et des flux se réalise au commencement de votre projet. Il est primordial de prévoir des pièces insonorisées et silencieuses pour les collaborateurs qui ont besoin de rester concentrés sur un temps donné. Ces pièces peuvent également servir aux réunions ou aux brainstorming en équipe. Qu’il s’agisse de concentration ou d’agitation d’idées, des espaces doivent être conçus pour ces besoins.



Conseil n°2 - vérifier le nombre de décibels de votre matériel


Les décibels sont une très bonne référence pour mesurer le bruit dans un espace intérieur. Et dès lors que l’on crée un nouvel environnement de travail, on peut anticiper le bruit de frigo ou encore de l’imprimante par exemple. Vous pouvez vérifier le nombre de décibels que votre matériel va émettre.


Le saviez-vous ?

Le bruit émis par votre matériel ne doit pas dépasser 40 dB(A) à 1m.


Au sein des bureaux, le niveau acoustique doit être compris entre 35 dB(A) et 55 dB(A) maximum. Par ailleurs, l’insonorisation entre les bureaux doit être au minimum de 40 dB(A). Il faut également éviter d’utiliser les bruits artificiels pour masquer les autres nuisances sonores.

Pour en savoir plus sur les nombres de décibels à respecter, n’hésitez pas à jeter un oeil au schéma des ordres de grandeurs des niveaux sonores.







Conseil n°3 - prendre en compte le mobilier dans sa stratégie


Voici nos astuces pour amoindrir les nuisances sonores grâce au mobilier :

- si vous choisissez des chaises sur pied n’oubliez pas de déposer de la feutrine en dessous. Si vous optez pour des chaises à roulettes, celles-ci doivent pouvoir glisser sur un sol à isolation phonique.

- Les nuisances sonores peuvent être diminuées grâce à des meubles garnies, comme des étagères de livres ou de dossiers par exemple.

- Les tapis sont reconnus pour absorber le bruit, notamment celui des pas. - Les rideaux sont à la fois un atout déco de taille et une solution pour améliorer l’insonorisation.

- D’autres équipements permettent d’éviter la propagation du bruit. Les assises phoniques comme les fauteuils et les canapés absorbent les nuisances grâce à leur mousse. Ce mobilier anti-bruit permet de passer un appel en toute confidentialité par exemple.



Conseil n°4 - cloisonner les bureaux selon ses besoins


Pour améliorer le confort de vos équipes d’un bureau à l’autre, les séparateurs insonorisants se révèlent être une solution idéale. En plus de favoriser l’intimité, ils amoindrissent le brut de manière considérable. Ils peuvent être placés entre les bureaux et il en existe de toutes les sortes. Vous pouvez par exemple utiliser des séparateurs horizontaux, à placer entre deux bureaux face à face. Les verticaux s’utilisent quant à eux entre deux bureaux l’un à côté de l’autre. Ils permettent avant tout de profiter d’une flexibilité et d’une modularité particulièrement utile dans les espaces de travail.


Alors, prêt à laisser de la place à vos plus beaux échanges, mais aussi à vos plus beaux silences ?






52 vues