Les Energies, épisode 1 - L'actualité sur la consommation d'énergie décryptée par Luc Ardin

Notre tout premier épisode sur les énergies s’appuie sur un avis d’expert, celui de Luc Ardin, directeur du Pôle Énergie chez Groupe Global. Alors que nous entendons partout que le prix de l’énergie explose, entrons tout de suite dans le vif du sujet avec un chiffre saisissant. Il y a quelques années, le mégawatt coûtait 85€. Aujourd’hui en France, il faudra débourser 1000€ pour ce même mégawatt.

On vous donne toutes les clés pour comprendre l’actualité énergie !







Tout comprendre sur la hausse du prix de l’énergie


Jusqu’à présent, nous étions dans un mode de consommation sans limites avec un fonctionnement à volonté selon les moyens des entreprises et des particuliers. Ce n’est pas une surprise, mais notre société arrive à un moment charnière. Et l’actualité sur l’augmentation du prix de l’énergie ne fait que le démontrer.







Une actualité exceptionnelle et impactante


Le prix de l’énergie, c’est avant tout une affaire géopolitique. En effet, la guerre russo-ukrainienne est l’élément déclencheur de la hausse des prix. On fait alors face à une raréfaction inéluctable des énergies fossiles.

Le saviez-vous ?

Selon les Echos, la Russie était le premier fournisseur d’énergie fossile de l’Europe (gaz, charbon et pétrole).

Par ailleurs, cette énergie fossile atteint ses limites. Le contexte nous montre qu’il est urgent d’agir en définissant précisément une nouvelle façon de consommer.


Avec une énergie 11,7 fois plus onéreuse cette année, les entreprises sont tout particulièrement touchées. Le particulier, quant à lui, est protégé par l’État français grâce à un bouclier tarifaire. Les ménages paieront uniquement 15% du prix de l’énergie sur l’année 2023 selon un tarif réglementé.


« L’énergie est désormais fixée au prix du marché et soumise à la loi de l’offre et de la demande. » Luc Ardin - Directeur Pôle Énergie



Des conséquences pour les entreprises industrielles


Les profils les plus touchés restent bien entendu les professionnels forts consommateurs d’énergie, notamment dans le monde de l’industrie.

Depuis 2020 et la crise sanitaire, la France connaît une forte réindustrialisation. Celle-ci s’est relancée à grande vitesse pour gagner en indépendance de production sur des secteurs clés nécessitant une souveraineté nationale, voire européenne.


Le saviez-vous ?

En deux ans, 30% des nouveaux emplois en France ont été créés dans le domaine de l’industrie.


Les impacts en entreprise avec deux exemples


  • L’entreprise DURALEX, une grande entreprise rentable, a préféré mettre ses équipes au chômage durant toute la période hivernale pour économiser plusieurs millions d’euros d’énergie sur sa consommation annuelle. Les bénéfices ne permettant pas de couvrir les charges, il s’agit du seul moyen pour éviter la fermeture définitive de la société. En accord avec les différents syndicats, Duralex a choisi de payer 85% des salaires de ses employés pour relancer son activité au printemps et faire des économies d’énergie.




  • Certaines entreprises choisissent d’améliorer leurs solutions en investissant de manière considérable pour faire face au prix de l’énergie. C’est le cas de STMicroelectronics qui a décidé de réaliser des investissements lourds pour améliorer son système de production et ainsi économiser 3000 mégawatts par an et… 3 millions d’euros !



L’énergie, un enjeu majeur pour les propriétaires de bâtiments


80 à 85% des déperditions d’énergie sont réalisées sur le bâtiment. La gestion des flux énergétiques a une incidence directe sur le montant de votre facture et constitue un enjeu de taille sur la valorisation d’actifs.

Les entreprises prioriseront de plus en plus des bâtiments de petite hauteur à faible consommation énergétique et avec une isolation de grande qualité. À terme, la production de l’électricité verte sur place par exemple sera un véritable critère lors de la recherche de locaux. De quoi composer efficacement avec la hausse du prix de l’énergie.





« Un bâtiment à faible émission, c’est un bâtiment qui ne réchauffe pas la Terre. C’est donc un formidable moyen de valoriser ses actifs. » Luc Ardin - Directeur Pôle Énergie


Conclusion


Cette crise énergétique peut aisément être comparée avec le choc pétrolier des années 1970 où le prix du baril de pétrole avait explosé. Est-ce que la hausse du prix de l’énergie sera gérée différemment cette fois-ci ? On espère que oui !



 

Dans l’épisode 2 de notre série sur les énergies, on vous révélera les différentes solutions pour créer des espaces de travail adaptés au monde de demain et faire des économies d’énergie !





58 vues